La compagnie

 
Rouge Aniline carré rouge 

Entre écriture et improvisation, la chorégraphe Bleuène Madelaine cherche à restituer une danse de l’instant, à la fois puissante et ténue.

Influencée par la danse butô et la littérature contemporaine (Pennequin, Minard, Bassmann, Tarkos…), elle développe une approche chorégraphique où le geste est ciselé et agencé comme un texte, pour creuser la danse «  de manière intensément basse », selon les mots de Francis Ponge.

En 2010, elle crée la compagnie « Rouge Aniline » avec laquelle elle cherche et expérimente le mouvement à travers des danses surtout improvisées, des performances, des courts-métrages et des stages.

Actuellement, elle focalise sa recherche autour du lien entre flux de conscience et danse : le danseur va réciter mentalement un texte (pensées, flashs, fulgurances, chansons…) qui va soutenir sa danse et l’amener à une nouvelle qualité de présence.

C’est l’élaboration de cette double écriture (mentale et gestuelle) dans un processus continu, qui lui permet d’arriver à ses fins : une danse âpre et drôle, dans laquelle le face à face avec le public devient essentiel : un corps –soi- vers les autres, racontant les autres.

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s