Le projet

 
                                                                                                                       
 

Modulations est un projet vidéo regroupant plusieurs courts métrages de danse.

La réalisation de ces courts-métrages est influencée par les performances physiques de Vito Acconci, surtout sur la période parcourant les années 1970 où sa pratique du média vidéo devient exponentielle. Une partie du travail de ce performeur américain réside dans l’installation audio-visuelle. Les actions-vidéos d’Acconci mêlent à la fois le temps de l’atelier, temps de l’expérimentation et celui de la contrainte physique poussée à bout. Acconci questionne le corps dans le sens propre du terme, explore la place de son propre corps sans souci d’esthétisation prononcée.

Issue, en ce qui me concerne, du milieu chorégraphique, je souhaite travailler sur le mouvement, sur la précision du geste qui génère une émotion, et sur une recherche esthétique du mouvement tout en mêlant cette recherche dansée à l’expérimentation brute et quasi naïve, sans surprise du corps, situations que l’on peut appréhender dans le travail d’Acconci.

De plus, concernant plus directement le média vidéo, le visionneur-spectateur n’a pas les mêmes émotions que lorsqu’il est spectateur dans un théâtre.

Les codes de la représentation changent : le spectateur n’est plus dans une salle parmi d’autres, mais seul, isolé face au moniteur, à l’écran ou au mur. Il peut arriver au milieu de la diffusion, partir, revenir, se rapprocher, rester debout : il crée son espace personnel.

Il se trouve en général assez près des images, ce qui crée une intimité entre l’image qui est projetée et le spectateur. M’intéresse, non pas l’intimité des images projetées, mais celle du face à face spectateur/images, le rapport qui se crée entre les deux.

Thierry de Mey, réalisateur et musicien considère que la vidéo satisfait le désir du spectateur : être  suffisamment loin pour voir les effets d’ensembles et l’espace créé par les danseurs, mais être également assez proche pour capter la respiration, les micromouvements, les expressions du visage des danseurs.

La vidéo permet de basculer d’un plan à un autre, de jouer sur ces contrastes visuels.

Elle donne un espace de visibilité différente à la danse.

 
image ©Natalia Jaime Cortez
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s